Photos et Animation

Qu’y a-t-il dans les assiettes de la cantine ?

Plus de 260 enfants des écoles du cheval blanc et Sainte-Anne déjeunent chaque jour au restaurant scolaire. Derrière les fourneaux, Anne Isabelle, responsable du restaurant et son équipe ont une lourde responsabilité : contenter les jeunes papilles en faisant du repas une leçon de bien vivre.

 

Pourquoi ? Comment ?

 

Où les repas sont-ils préparés ? D’où viennent les aliments ?

A Sainte-Anne d’Auray, tout est fait « maison ». Les plats sont mitonnés et servis le jour même à partir de produits issus majoritairement de producteurs locaux et certains de l’agriculture biologique. Toutes les viandes proviennent du territoire français. La viande de porc provient de producteurs adhérant à la charte Blanc Bleu Cœur privilégiant le retour des végétaux d’intérêt nutritionnel (lin, luzerne, herbe…) dans l’alimentation des animaux. Les produits laitiers bio sont fabriqués dans une ferme du Pays d’Auray. Les fruits, les légumes et les céréales sont pour la plupart livrés par un groupement d’agriculteurs bio du Morbihan. « Pour le poisson, je cuisine très rarement les produits surgelés. Je privilégie les filières courtes pour le cabillaud, la julienne, le merlu, le lieu, l’élingue… »

« L’intégration de ces produits de qualité supérieure ne doit pas se répercuter sur le porte-monnaie des parents. Le menu revient à 3,45 € aux familles saintannoises » ajoute Régine Fily, adjointe aux finances et restaurant scolaire.

Pour la collectivité, il s’agit de consommer moins pour consommer mieux. La responsable élabore les menus en travaillant sur la saisonnalité des produits, l’optimisation des circuits courts, les alternatives à la viande…

 

Comment se déroule le temps du repas ?

Les enfants sont au minimum 25 minutes à table. Ils sont servis individuellement pour les maternels. Les élèves des classes élémentaires sont installés par table de quatre avec un plat à partager sous la surveillance de l’agent. Ce service à table présente l’avantage de mieux contrôler ce que mange l’enfant mais également un gaspillage moindre. Les enfants ont toujours au minimum deux choix pour le fromage et le fruit.

Plusieurs fois par an, des repas à thèmes sont proposés : semaine du goût, menus d’ailleurs, buffet en fonction de la saison… « A travers des contenants différents, un décor personnalisé, une tenue du personnel modifié, bref… un environnement décalé, les enfants sont plus receptifs, ils jouent le jeu et vont goûter de tout » précise Anne Isabelle.

Six agents assurent le service, trois animateurs surveillent, aident et pointent les enfants sur deux services : le premier de 11h45 à 12h30 et de 12h40 à 13h25.

 

Comment les élèves sujets aux allergies alimentaires sont-ils pris en charge ?

Pour les enfants présentant un PAI (Projet d’Accueil Individualisé), le personnel adapte les repas pour les allergies au lait, œuf, coques, crustacés… Dans les cas trop complexes comme le régime sans gluten, les parents apportent le repas de leur enfant. Quand des familles en font préalablement la demande, un menu sans porc est également prévu.

Aujourd’hui, c’était « paëlla party ». Les enfants ont été unanimes : « dix sur dix !, « parfait ! ». « L’essentiel est  d’apporter à tous les enfants l’opportunité d’une alimentation de qualité. Notre travail reste toujours perfectible mais on avance ! » assure Anne Isabelle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Paëlla party »